Capture-RC2S

Remédiation de la cognition sociale: thèse de doctorat soutenue

Le 12 décembre 2014, Elodie Peyroux a obtenu le grade de Docteur en Neuropsychologie de l’Université Lyon 2 avec la mention très honorable et les félicitations du jury.

Le jury a ainsi reconnu la très grande qualité du travail réalisé dans le cadre de sa thèse CIFRE au sein de SBT.

La thèse s’intitule : Remédiation des troubles de la cognition sociale dans la schizophrénie et les troubles apparentés : le programme RC2S – Etudes de cas uniques

Ce programme va venir compléter dans les prochains mois la gamme de logiciels de remédiation diffusés par notre pôle Smart Health. Après RECOS, le programme francophone de remédiation cognitive pour la schizophrénie, RC2S traite un déficit très handicapant pour l’insertion professionnelle des patients schizophrènes. Il pourra également être utilisé dans d’autres pathologies affectant la cognition sociale.

Capture-RC2S-2

Résumé

Les difficultés à interagir dans le monde social et à s’y adapter sont une plainte centrale des personnes souffrant de troubles psychiatriques et notamment de schizophrénie ou de troubles apparentés. Ces difficultés, qui constituent un frein au processus de réhabilitation psychosociale, pourraient en partie être expliquées par un dysfonctionnement des processus regroupés sous le terme de cognition sociale.

La cognition sociale est définie comme la capacité à construire des représentations sur soi-même et autrui, et sur les relations entre soi et les autres, ainsi qu’à utiliser ces représentations de manière flexible, afin de guider le comportement social ; et inclut des processus tels que le traitement des émotions, la théorie de l’esprit, le style attributionnel, la perception et les connaissances sociales. Des déficits concernant les différentes composantes de la cognition sociale ont été largement mis en évidence dans la schizophrénie et les troubles apparentés, et semblent par ailleurs avoir un lien fort avec les difficultés observées dans les domaines du fonctionnement social, mais également des relations privilégiées avec les processus neurocognitifs, même si ces deux composantes semblent relativement indépendantes.

Afin de compenser ces troubles, de nombreuses prises en charge de remédiation cognitive ont été proposées ces dernières années. L’objectif de ce travail de thèse a été d’évaluer la possibilité d’améliorer les déficits touchant la sphère de la cognition sociale des personnes souffrant de troubles psychotiques à l’aide d’un outil de remédiation spécifiquement développé à cet effet, le programme RC2S. Etant donnée l’hétérogénéité des déficits touchant la sphère de la cognition sociale dans la schizophrénie, et l’importance fondamentale portée au transfert des compétences dans la vie quotidienne, RC2S a été développé comme une thérapie individualisée et flexible, qui permet aux patients de s’entraîner aux interactions sociales dans un environnement réaliste, et d’adapter la prise en charge aux difficultés spécifiques de la personne.

Nous présenterons ici trois études basées sur la méthodologie du cas unique, mettant en évidence l’impact de cette thérapie sur les troubles de la cognition sociale de deux patients souffrant de schizophrénie et d’un patient présentant un trouble de la personnalité schizoïde.

Mots clés : cognition sociale ; schizophrénie et troubles apparentés ; remédiation cognitive ; simulation ; fonctionnement social.